Analyse des rétractations des publications de 2004 à 2014 : La France dans le Top10 !

Helmut Dollfuß de l’Université de Vienne (Universitätsbibliothek der Medizinischen Universität Wien) a publié cette semaine une étude intéressante dans laquelle il a analysé les rétractations des articles scientifiques durant la période de 2004 à 2014. L’auteur a analysé les articles qui sont indexés dans la base de données Web of Science (WoS) et qui ont été rétractés entre 2004 et 2014. Un total de 2, 590 rétractations ont été considérées dans la catégorie science (Science Citation Index; SCI). L’auteur a expliqué que le nombre des rétractations dans les catégorie sciences sociales (Social Sciences Citation Index; SSCI) et art et humanité (Arts&Humanities Citation Index; A&HCI) sont faibles.

Helmut Dollfuß a classé ces rétractations par année, domaine de recherche, journal et pays. Il a également calculé la durée entre la date de publication et la date de rétractation.

L’auteur a trouvé que le nombre des rétractations augmente chaque année. Les Etats-Unis sont en tête des pays avec le plus grand nombre de rétractations (9% du nombre total des rétractations analysées). Dans la liste des Top 10, on trouve l’Allemagne (à la 6e position) et la France (1,1% du nombre total des rétractations analysées). Les dix premiers pays avec le plus grand nombre de rétractations sont présentés dans le tableau ci-dessous, qui a été reproduit de l’article de Dollfuß.

table

La revue PNAS est en tête des revues scientifiques où il y a eu le plus grand nombre de rétractations (1,9%). Les domaine de la chimie et de la biologie moléculaire sont les plus touchés par ce phénomène de rétractations (11,6%).

Source : Helmut Dollfuß. Analyse zurückgezogener Publikationen in der bibliografischen Datenbank Web of Science von 2004 bis 2014. GMS Med Bibl Inf 2015;15 (1-2):Doc09. http://www.egms.de/static/en/journals/mbi/2015-15/mbi000336.shtml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*